1. Home
  2. Nouvelles
  3. Visite du Dr Boileau: Plusieurs questions restent sans réponses
Visite du Dr Boileau: Plusieurs questions restent sans réponses

Visite du Dr Boileau: Plusieurs questions restent sans réponses

0

Plusieurs personnes concernées par le dossier réagissent. Notamment des représentants des partis politiques régionaux.

Il y a d’abord le candidat du Parti québécois dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Jean-François Vachon, qui n’est pas surpris de la recommandation d’un seuil de 15 nanogrammes par mètre cube d’arsenic dans l’air.

Il trouve cette première étape encourageante, et pense que Glencore a la capacité de l’atteindre rapidement.

De leur côté, les élus actuels du secteur se sont entretenus avec le directeur de la santé publique, dans une réunion, ce matin.

Et selon la députée Émilise Lessard-Therrien, des questions sur les annonces d’hier ont pu être posées et quelques précisions ont été apportées, entre autres par rapport aux échéanciers.

Le docteur Boileau aurait dit que le seuil du 15 nanogrammes doit être appliqué dès maintenant, selon la députée.

Elle qui reste insatisfaite toutefois du manque de fermeté de la santé publique.

Par ailleurs, plusieurs membres du réseau de la santé ont également eu droit à une rencontre avec le directeur de santé publique ce matin.

Le docteur Frédéric Bonin était de la partie, lui qui est fortement impliqué dans le dossier, il a notamment participé à la lettre ouverte destinée au gouvernement sur la qualité de l’air.

Il est encouragé par l’implication du ministère de la Santé dans le dossier, mais s’attend à plus de précisions et de détails de la part du gouvernement.

On le rappelle, en point de presse, hier, le docteur Luc Boileau a ciblé trois métaux, soit l’arsenic, le plomb et le cadmium, pour protéger les plus vulnérables.

Il propose 15 nanogrammes par mètre cube, en moyenne, par année et jusqu’à 200 nanogrammes par jour.

La santé publique insiste sur le fait que c’est une mesure temporaire, et qu’elle vise ultimement le 3 nanogrammes.

La direction nationale de la santé publique laisse au gouvernement la tâche d’établir un échéancier avec la Fonderie Horne.

Par ailleurs, le ministre de l’Environnement, Benoît Charette, sera, à son tour, de passage à Rouyn-Noranda la semaine prochaine.

Loading the player...
Loading the player...