1. Home
  2. Nouvelles
  3. Une dizaine de chefs d’accusation pour une ancienne avocate
Une dizaine de chefs d’accusation pour une ancienne avocate

Une dizaine de chefs d’accusation pour une ancienne avocate

0

Noémie Beauchemin, qui a une dizaine de chefs d’accusation contre elle, a comparu ce matin, puis cet après-midi.

La poursuite et la défense négociaient aujourd’hui les conditions de sa remise en liberté.

Il n’a pas été possible d’arriver à une entente.

Donc la femme de 27 ans va rester en détention à Amos.

Elle va comparaître une nouvelle fois, lundi prochain, par téléphone, pour fixer une date sur l’enquête de remise en liberté.

Reste à voir si l’accusée va rester détenue ou si elle va regagner sa liberté en attendant la tenue d’un procès, s’il y a lieu.

Hier, Noémie Beauchemin a fait sa première comparution dans le dossier.

Il lui a été interdit d’entrer en communication avec six personnes dans le dossier, dont une personne mineure.

Aujourd’hui, on a ajouté une autre personne à qui elle n’a pas le droit de parler.

Maître Mélanie Brochu représente Noémie Beauchemin.

Le procureur au dossier est maître Julien Pelletier.

Pour les chefs d’accusation, on parle de possession, production et distribution de pornographie juvénile.

Noémie Beauchemin est également accusée de trafic de drogue.

Elle aurait aussi incité une personne à commettre un meurtre et des voies de fait graves; finalement, ces infractions n’ont pas été commises.

Et la liste des chefs s’allonge, puisque l’ex-avocate, radiée le 18 août dernier, aurait demandé à une personne de faire un faux témoignage.

Elle aurait aussi elle-même fait de fausses déclarations à des agents de la paix pour commencer ou continuer une enquête dans certains dossiers.

On rappelle que Noémie Beauchemin a été arrêtée à La Corne, hier matin, vers 9 heures.

L’escouade des crimes majeurs de la Sûreté du Québec à Val-d’Or enquêtait sur ce dossier depuis un an.

En plus, un mandat d’arrestation avait été émis contre la femme de 27 ans, le 11 novembre dernier, puisque le procureur avait des raisons de craindre qu’elle ne porte des lésions personnelles à une personne mineure.

Loading the player...
Loading the player...