1. Accueil
  2. Reportages
  3. Pénurie en santé : le ministre Dubé accusé d’être déconnecté

Pénurie en santé : le ministre Dubé accusé d’être déconnecté

0
0

Les syndicats et l’opposition officielle en santé réagissent à la fermeture de l’urgence à Senneterre.

Les propos de Christian Dubé, le ministre de la Santé, sur la pénurie de main-d’oeuvre dans le réseau provoquent des remous en Abitibi-Témiscamingue, mais aussi à Québec.

La porte-parole de l’opposition officielle en santé, Marie Montpetit, et la députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, ont toutes deux déclaré que le ministre Dubé est complètement déconnecté de la réalité, sachant que le réseau de la santé est affaibli depuis plusieurs années.

Pour le président de la CSN Abitibi-Témiscamingue-Nord-du-Québec, Félix-Antoine Lafleur, le gouvernement a encore trop attendu pour s’intéresser à la pénurie de personnel et plus simplement, à la région.

Pour sa part, le président de La FIQ-SISSAT, Jean-Sébastien Blais, dit qu’il s’attendait à de nouvelles ruptures de service dans la région, vu l’ampleur de la crise, mais l’annonce d’une possible fermeture de l’urgence de Senneterre les a pris de cours, surtout que les membres l’ont appris, pas par le CISSS directement, mais via la conférence de presse du ministre de la Santé.

De son côté, la représentante nationale de l’APTS, Claudie Beaudoin, déplore que l’urgence à Senneterre soit touchée, puisque cet hôpital n’offre déjà pas tous les services, comme celui de l’imagerie médicale.