1. Accueil
  2. Nouvelles
  3. Décès à Senneterre : la fermeture de l’urgence de nuit responsable?
Décès à Senneterre : la fermeture de l’urgence de nuit responsable?

Décès à Senneterre : la fermeture de l’urgence de nuit responsable?

0
0

Le CISSS régional se dégage de toute responsabilité par rapport au décès de cet homme de Senneterre. 

Tant au niveau régional que provincial, les réactions sont nombreuses depuis hier soir.

Mais d’abord, un rappel des faits :

Richard Genest, un homme de Senneterre, a perdu la vie et ce serait en raison de la fermeture de l’urgence de nuit selon plusieurs. D’abord, d’après la Ville, il est décédé après avoir attendu plus de deux heures.

Durant la nuit du 30 novembre, l’homme aurait appelé les secours, mais l’ambulance de Senneterre était déjà en route vers Val-d’Or, avec un autre patient.

De nombreux élus ont réagi au drame, dont la cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade. 

De son côté, la PDG du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, Caroline Roy, offre ses condoléances à la famille de la personne décédée. 

Elle affirme toutefois que la fermeture du CLSC de Senneterre n’est pas un facteur qui a contribué au décès de l’homme. 

Une conclusion à laquelle l’organisation est arrivée après une analyse des circonstances.

C’est un organisme indépendant qui a réalisé cette analyse, composé de la direction médicale régionale, du bureau du coroner, ainsi que des experts du ministère de la Santé. 

D’ailleurs, le Bureau du coroner a décidé de ne pas prendre en charge le dossier, puisqu’aucun élément ne justifiait une enquête.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a indiqué lui aussi qu’il n’y avait pas matière à enquête dans le dossier de Richard Genest. 

La communauté Urgence d’agir organise une marche en hommage, demain, à 19 h 30.

Loading the player...