L'allongement des récréations au primaire: un casse-tête pour les commissions scolaires

Le Syndicat de l'enseignement de l'Ungava et de l'Abitibi-Témiscamingue demande au gouvernement de réviser sa position à ce sujet.

Le Syndicat croit, en effet, qu'il sera difficile d'implanter deux récréations de 20 minutes au primaire, comme l'exige Québec pour la rentrée scolaire, l'automne prochain.

C'est que, selon les représentants syndicaux, élèves, parents, enseignants et transporteurs scolaires devraient apporter d'importants changements à leur routine, pour être en mesure de se conformer à cette nouvelle exigence gouvernementale. Ils recommandent donc de pousser davantage la réflexion à ce propos et de mettre le projet sur la glace, pour le moment.

Louis-Charles Poulin fournit plus d'explications.