Recycler du métal, un geste payant

Nombreuses sont les personnes qui font des travaux à la maison et qui se retrouvent avec des rebuts dont ils doivent se débarrasser.

Récupérer et revendre les matériaux , comme les métaux, dont on a plus besoin peut-être relativement payant, et pas seulement pour l'environnement. Après cet homme de Rouyn-Noranda qui a coupé des fils électriques et des tuyaux pour soi-disant les vendre, on s'est demandé, est-ce vraiment rentable?

En bonne condition, vous pourrez vendre le cuivre pour 2,95 $ la livre chez Legault Métal. Du côté de AIM Recyclage, l'entreprise peut payer jusqu'à 2,90 $ la livre.

C'est un marché qui fonctionne bien parce que lors de périodes achalandées, entre 50 à 100 personnes par jour peuvent se rendre à leurs bureaux d'Amos, mais ils doivent tous s'identifier.


Un peu partout dans la région, il est possible vendre du plomb, du fer ou de l'aluminium. Legault Métal a des bureaux Trécesson, Val-d'Or, Rouyn-Noranda et La Sarre.

Devant l'importance du marché, AIM Recyclage, qui a son siège social à Montréal, voit un intérêt à venir s'installer ici et à prendre de l'expansion. L'entreprise est à Amos depuis un an et compte ouvrir une succursale à Val-d'Or le 5 novembre, à Rouyn-Noranda vers le fin du mois prochain, et développe un projet pour La Sarre en 2019. La direction parle d'investissements qui se chiffrent à environ 10 millions de dollars.