La pénurie de main-d'œuvre accentuée par la PCRE

2021-07-19 - De plus en plus d'entrepreneurs doivent user de créativité pour attirer des employés.

Lors du plus fort de la pandémie, les aides financières du gouvernement ont grandement aidé les citoyens et les entreprises. Toutefois, certains en ont profité pour déjouer le système.

Et, alors que s'essouffle la pandémie, avec la reprise économique, il est toujours simple de recevoir des prestations du gouvernement, comme la Prestation canadienne de relance économique.

En fait, il s'agit d'une aide gouvernementale qui permet aux travailleurs indépendants, qui ne sont pas couverts par l'assurance-emploi, de faire une demande pour un virement de mille dollars avant impôts, aux deux semaines, pour une période de 25 semaines.

Une seule condition s'applique ici, la personne doit prouver qu'elle est à la recherche d'emploi, ce qui peut être prouvé en allant faire des entrevues d'embauche, sans toutefois se présenter audit emploi, si la personne est engagée, c'est ce que constate des employeurs de la région, dont Frédéric Arseneault, le directeur général au Noranda Hôtel et Spa et Daphné Boivin, la directrice des opérations à l'hôtel Forestel.

Et, si la PCRE n'est pas à l'origine de la pénurie de main-d’œuvre dans la région, on parle tout de même d'un facteur qui y contribue, selon la vice-présidente de la Chambre de commerce de Val-d'Or, Valérie Gourde.

Le député de l'Abitibi-Témiscamingue, Sébastien Lemire, affirme qu'au départ, la PCRE n'avait pas été créée pour que les gens ne travaillent pas et qu'il faut apporter les ajustements nécessaires.