DPJ : on s'inquiète pour les enfants

- C'est que depuis le confinement obligatoire, le nombre de signalements à la DPJ connaît une baisse drastique à travers le Québec.

Il faut dire qu'avec la fermeture des écoles et des CPE, les intervenants ne sont pas en mesure de constater les situations problématiques.

Aussi, pour sensibiliser la population à la violence faite aux enfants, l'ESPACE Abitibi-Est lançait aujourd'hui la campagne "On protège nos enfants."

Katherine Vandal en a discuté avec la coordonnatrice du programme Espace Abitibi-Est, madame Sylvie Fortier.