Couvre-feu : des inquiétudes pour la clientèle vulnérable

2021-01-08 - L'imposition du couvre-feu, qui sera effectif dès samedi, inquiète notamment les responsables de maisons d'hébergement et d'itinérance.

C'est qu'on craint que certaines personnes victimes de violence décident de rester dans des milieux malsains de peur de se faire intercepter par les policiers, bien que les services d'hébergement demeurent accessibles après le couvre-feu.

Par ailleurs, alors que les maisons d'hébergement offrent leurs services habituellement à partir de 22 heures, elles ont dû trouver des solutions, pour éviter que des gens itinérants se fassent arrêter, passé 20 heures.

Cette situation a d'ailleurs été le sujet d'une rencontre qui s'est tenue jeudi, entre les responsables de La Piaule de Val-d'Or, les autorités de la santé, la Sûreté du Québec et le Centre d’amitié autochtone.

Enfin, même si le gouvernement mentionne qu'il y aurait assez de place dans les maisons d'hébergement pour personnes itinérantes, la réalité sur le terrain est complètement différente. La Piaule notamment cherche présentement un deuxième endroit pour loger des personnes qui en ont besoin, puisque ses locaux débordent.

Marie-Hélène Daigneault est allée discuter des problèmes des maisons d'hébergement avec Joëlle Fortier, coordonnatrice du Nid de Val-d'Or et Stéphanie Quesnel, directrice générale de La Piaule de Val-d'Or.