Des modifications au régime forestier

2020-11-06 - ​Ces nouvelles mesures, annoncées par le gouvernement, devraient favoriser la compétitivité de l'industrie forestière, selon la CAQ.

Ces changements, dévoilés, ce matin étaient très attendus dans la région et déjà, l’Union des Municipalités de Québec a fait savoir que ce plan était un pas dans la bonne direction.

Selon des acteurs du milieu, le régime forestier présentait plusieurs lacunes et comportait des manques importants au niveau de la stabilité et de la prévisibilité.

Cette situation devrait cependant être atténuée rapidement, grâce aux ajustements administratifs et réglementaires annoncés aujourd’hui, estime Alain Sénéchal, sous-ministre associé aux forêts au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), qui indique être ouvert aux suggestions, et que des améliorations sont toujours possibles.


Pour ce qui est de la mise en application des mesures, plusieurs étapes seront déployées, mais d'abord, on s'attardera plus spécifiquement au taux d'adjudication. Ce taux, qui agit en quelque sorte à titre de barème, pour déterminer si le prix plancher du ministère est en adéquation avec le marché, sera augmenté à 90 %. De cette façon, la valeur des bois sera plus juste et les risques de surenchères seront minimisés.

Par ailleurs, les détenteurs de droits forestiers pourront désormais établir à l'avance une réserve de récolte de 300 %, autrement dit de trois ans de leurs besoins annuels en volume de bois.

Cette nouvelle mesure devrait permettre de rassurer les travailleurs de l'industrie sur la durabilité de leur emploi, croit Lucie St-Croix, sous-ministre associée aux opérations régionales pour le MFFP.