Commission Viens : un rapport accablant

C’est du moins ce que l’on conclut, en lisant ce rapport concernant les relations entre les Autochtones et certains services publics.

Venu présenter le rapport de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics, aujourd’hui, à Val-d’Or, le Commissaire, Jacques Viens, avait des propos parfois durs, mais sans agressivité. Ce qui ne l'a pas empêché d'être ferme pour se faire comprendre, à l'image des termes "écoute-réconciliation et progrès", utilisés lors des audiences.

Dans ses propos, il dépeint des relations tendues entre les peuples autochtones et les services publics du Québec. D’ailleurs, après l'assimilation des enfants par les pensionnats indiens, le rapport mentionne qu'en matière de services publics, d'habitation, de santé, de justice, de services policiers et judiciaires, les Autochtones ont été victimes de discrimination systémique.

Yvon Moreault était présent à l'occasion de la présentation du rapport par le Commissaire Viens.


Pour pallier les différentes problématiques soulevées, mentionnons que le Commissaire Viens a inclus pas moins de 142 appels à l'action dans son rapport.

Ceux-ci incluent notamment la conclusion d'ententes fédérales-provinciales, des investissements en matière de logements, la possibilité d'obtenir des services dans une langue comprise par les Autochtones, l'accueil des enfants autochtones en difficulté dans des familles de leur milieu, la formation de professionnels en contact avec les Premières Nations, ainsi que le financement et la prestation des services de police dans les communautés.

Mais la première et ultime demande consiste à ce que des excuses publiques soient présentées aux membres des Premières Nations.