1. Home
  2. Faits
  3. divers
  4. Demande d’action collective contre la Sûreté du Québec
Demande d’action collective contre la Sûreté du Québec

Demande d’action collective contre la Sûreté du Québec

0

Des femmes autochtones via le Centre d’amitié autochtone de Val-d’Or déposent une demande d’action collective.

Cette poursuite au civil vise le gouvernement du Québec, ainsi que la Sûreté du Québec.

C’est qu’elles souhaitent rétablir la vérité dans une démarche de justice, de réparation et de guérison.

La demande d’action collective est prise en charge par l’avocat Jean-Marc Lacoursière de chez Trudel Johnston et Lespérance. 

Le bureau d’avocat ne commentera pas le dossier ni la Sûreté du Québec, par respect aux familles. 

Le Centre amitié autochtone s’en tient à une déclaration envoyée aux médias dans laquelle l’organisme espère que, de cette action collective, émerge un sentiment de justice pour les personnes autochtones. 

Toutes les personnes autochtones qui affirment avoir été victimes de pratiques discriminatoires par un ou des agents de la Sûreté du Québec sur le territoire de la Vallée-de-l’Or peuvent s’inscrire sur le site Web de la firme d’avocats Trudel Johnston et Lespérance.

Parmi les méfaits, il y a : agressions sexuelles; agressions physiques; séquestrations; sollicitation de faveurs sexuelles; force excessive dans le contexte d’arrestations et harcèlement. 

Rappelons qu’en 2015, 31 plaintes ont été déposés au criminel contre des policiers de la SQ.

Aucune d’entres elles n’ont été retenues même si le DPCP a conclu que ça ne signifiait pas que les gestes reprochés n’avaient pas eu lieu.