Graves accusations en lien avec des crimes sexuels à Rouyn-Noranda.

Agression sexuelle, lésions corporelles, séquestration, voies de fait armés, harcèlement, menace, extorsion...

Et la liste se poursuit.

Daniel Laframboise, 50 ans, et Sandra Rappatoni, 48 ans, auraient ciblé des femmes, dont certaines dans des situations de vulnérabilité, afin d'obtenir des faveurs sexuelles.

Ils ont été arrêtés mercredi lors d'une perquisition à leur domicile de la rue Soucy, à Rouyn-Noranda. Ils ont comparu ce matin au palais de justice.

Daniel Laframboise est celui des deux qui fait face aux chefs d'accusation les plus nombreux et les plus accablants.Onze chefs en tout.

Il est notamment accusé d'avoir utilisé les menaces, les accusations ou la violence pour induire ou tenter d'induire sa victime à être sa soumise.On lui reproche aussi de s'être fait passer pour sa victime dans le but d'obtenir des avantages.Sandra Rappatoni, quant à elle, fait face à quatre chef d'accusation, notamment d'agression sexuelle et d'extorsion.

Les gestes qui sont reprochés aux accusés auraient commencé le premier mai 2007.Certains se seraient poursuivis jusqu'à cette année.Ce qu'on sait des victimes présumées, c'est qu'elles sont majeures et qu'il y a plus d'une.

La SQ est prudente, puisque l'affaire est devant la justice, et, surtout, qu'elle soupçonne que d'autres personnes pourraient ne pas s'être manifestée encore.

Lors de leur perquisition mercredi, les policiers ont saisi du matériel informatique qui fera l'objet d'analyses.Comme les accusés auraient fait plusieurs victimes, différents services de police ont dû travailler de concert dans ce dossier.

L'enquête pour remise en liberté de Laframboise a été fixée au 8 août.Celle de Sandra Rappatoni à vendredi.