Christine Moore suspendue de ses fonctions

​Le chef du NPD fédéral a annoncé cet après-midi la suspension de la députée d'Abitibi-Témiscamingue Christine Moore.

Un ancien militaire a affirmé que la députée aurait profité de lui quand il était dans une position vulnérable. Ces allégations ont été rapportées par la CBC ce matin.

L'ex-militaire Glen Kirkland explique dans son témoignage qu'au moment des faits reprochés en 2013, il était affaibli et sous-médication. La députée Moore aurait abusé de lui en lui faisant boire du gin dans son bureau d'Ottawa pour ensuite le retrouver dans une chambre d'hôtel, où ils auraient eu une relation sexuelle.

Plus tard, Christine Moore se serait rendue chez lui, à Brandon, au Manitoba, pour lui rendre visite contre son gré. Glen Kirkland n’a pas l’intention de porter plainte.

Voici les propos de Glen Kirkland qui ont été recueilli sur la colline parlementaire par Raymond Fillion.


Christine Moore n'a pas accordé d'entrevue aujourd'hui. Par communiqué, elle a affirmée qu'elle entend participer à l’enquête indépendante sur ces allégations.

Par respect pour l’intégrité du processus, elle dit qu'elle ne fera pas de commentaires additionnels pour l’instant. D'après un proche de la députée néo-démocrate, Christine Moore est tout simplement abasourdie. Elle avoue avoir déjà fréquenté l’individu alors qu’elle était célibataire, sans plus.

De son côté, le chef du NPD, Jagmeet Singh, dit prendre ces allégations très au sérieux et il nommera un enquêteur indépendant pour mener une enquête équitable et exhaustive.   Durant ce processus, les fonctions de Mme Moore en tant que députée du NPD, y compris sa participation à des comités, seront suspendues temporairement.